“Nous sommes puissants et impuissants”

Quand vous vous mettez à désirer quelque chose d’important à vos yeux, vous pensez parfois ne pas être à la hauteur, ne pas mériter, ne pas être capable, ne pas avoir telle ou telle capacité …
Et bien, le simple fait d’y penser, c’est à dire de laisser émerger ce désir profond prouve que vous vous trompez !
Dites vous ceci …
Vous conscience, votre moi profond, fait émerger une énergie, une idée, un concept, un but, un “besoin” et pour votre conscience tout est possible : c’est elle qui à créée cette énergie, cette idée.
Par contre le problème, si toutefois s’en est un, arrive quand le mental, qui est censé analyser et donner forme à cette idée pour qu’elle existe dans le monde matériel dans lequel nous vivons, vous entraine à le dérive : se sont vos conditionnements et vos croyances limitantes (croyances au sens large c’est-à-dire vos convictions et votre vision du monde).
Ces croyances vous font croire que vous ne pouvez pas y arriver, qu’un obstacle vient ou viendra vous barrer la route, qu’un manque vous empêche d’atteindre votre but.
Pour vous montrer à quel point nous, êtres humains, faisons parfois fausse route et nous appuyons peut être trop sur notre mental, je vous invite à concevoir ceci …

Restons d’abord sur le plan logique, c’est à dire sur le même plan que ce fameux mental :
Première option, si c’est un obstacle qui vous bloque, c’est à dire quelque chose qui semble matériellement logique (physiquement ou psychologiquement) cela veut dire que vous pouvez le contourner ou pourquoi pas le détruire, n’est ce pas ? Vous n’arrivez pas à le concevoir ? Malgré tous vos efforts pour imaginer une solution logique, vous vous sentez toujours impuissant ?
C’est tout simplement parce que cet obstacle est irréel, VOUS le créez !

Deuxième option, si c’est un manque, c’est à dire quelque chose que vous ne possédez pas … encore, que ce soit une capacité, une personne, un moyen, pour simplifier nous parlerons de ressource, et bien cela veut bien dire que vous pouvez aujourd’hui ou demain, voire en réveillant le passé (souvenirs, compétences endormies, habitudes perdues, etc …) trouver un moyen d’obtenir cette fameuse ressource en vous ou hors de vous. Le chemin est engagé, à vous de trouver (seul ou avec l’aide d’autrui) comment combler ce manque. Vous n’arrivez pas à le concevoir ?
C’est tout simplement parce que ce manque est irréel, VOUS le créez !

Vous voyez, rien que sur le plan logique du mental, il y a déjà une idée de perspective, car d’autres solutions et d’autres points de vue possibles.
Mais, je ne m’arrêterai pas là, allons donc plus loin …

“Je ne suis pas capable, ce n’est pas pour moi, je n’y arriverai pas, etc …”
Si on aborde les choses de manière philosophique ou spirituelle, que pouvons-nous comprendre de cette situation ?
Nous avons beaucoup fait usage de la pensée cartésienne “Je pense donc je suis”.
Cela a certes permis de nombreuses avancés, notamment grâce à nos sens “physiques”, vue, ouïe, odorat, goût, toucher, mais cela a également engendré une certaine ignorance ou dévalorisation progressive du pouvoir de notre conscience et de nos sens “subtils”.
Certains parlent d’intuitions, de dons … j’en reparlerai dans d’autres publications.

Aujourd’hui beaucoup de personnes ne croient qu’en ce qu’elles voient (ou entendent, sentent, goûtent, touchent).
Et ce n’est pas un jugement, nous sommes dans un monde physique et matériel et quasiment tout ce que nous connaissons est basé sur cette intelligence.
On voit rarement des écoliers prendre des cours “d’intuitions” ou de “ressentis” …

Nous sommes encore nombreux à barrer la route à cette (im)pulsion, ce désir profond et ces pensées “puissantes” qui nous viennent d’on ne sait où.

Je dis bien “puissantes” car vous l’avouerez, elles ont tendances à revenir, sans cesse, de plus en plus fort, jusqu’à nous “hanter” malgré tous nos efforts vains, pour les satisfaire ou les ignorer.
Je vous rassure, vous n’êtes ni hantés ni persécutés, c’est uniquement une perception, il faut bien donner un sens aux choses inconnues que l’on perçoit, n’est ce pas, pour les assimiler en collant par exemple une étiquette “bon” ou “mauvais”.

Ce que vous vivez, c’est “juste” votre voix profonde, certains nomme ce phénomène “faire l’expérience de la conscience”.
Cette voix tente de nous envoyer un message que la plupart du temps nous ne voulons pas, ne sommes pas prêt à entendre, ou que l’on ne comprend tout simplement pas.
C’est normal, encore une fois, on prend rarement durant notre vie des leçons “d’intuitions” ou de “ressentis” …
En gros, votre conscience vous dit “Vas y, expérimente, tu as quelque chose à apprendre” et votre mental répond “Non, je ne peux pas, je ne suis pas capable, parce que ceci ou cela …”, l’ego en rajoute une couche ou masque le message en disant des choses telles que “On ne doit pas se rabaisser à faire ça, ça ne m’apportera rien de plus, d’utile, de valorisant, d’enrichissant, c’est ridicule, vous comprenez je ne peux pas me permettre de faire une chose pareille à mon âge, à mon niveau, etc …”

On trouve des excuses, on rejoint le camp des victimes, on est “impuissant”. Au fond, vous ne vous dites qu’une chose, masquée par le filtre du mental / ego : “J’ai peur” …
Vous avez peur, on a peur, j’ai peur et … ce n’est pas grave. C’est même parfois utile la peur, bien que … de quelle peur parle-t-on ?
Bref …

On naît avec un potentiel, une beauté, une paix intérieure, une conscience totalement libre et en grandissant on nourrit des peurs, en imaginant toujours les pires scénarios, en ne voyant que le malheur du monde, on nourrit l’ego (de la mauvaise façon), on nourrit le mental (de la mauvaise façon), on vient étouffer jour après jour, l’amour sans limite qui est en nous avec de faux prétextes, ou des conclusions erronées, tirées de soit disant mauvaises expériences, qui étaient en fait là à la base pour nous transmettre un enseignement.
Heureusement pour nous, cet amour est toujours là, toujours aussi puissant et ne demande qu’à être libéré …

On se répète en boucle des phrases négatives, on saque notre propre confiance et notre estime, on s’entoure de personnes ou de choses qui nous rabaissent, on reproduit le même schéma, on ne décide pas de dire stop et on arrive à un point où notre énergie est au plus bas : Nous nous ôtons nous-mêmes, notre propre pouvoir.
Ceci n’est pas un jugement, mais une réalité, certains vont le plus loin qu’ils peuvent pour se défaire de la réalité qui les oppresse et s’ôtent, en même temps, peut être sans en prendre réellement conscience, leur propre source de potentialité, la source de leur puissance, leur incarnation : leur vie.

Sans vouloir heurter quiconque, s’ôter la vie est malgré tout une forme d’échec car même dans cette incarnation terrestre que nous vivons, malgré cette décision ultime, ce choix de s’effacer des vivants, personne n’arrive vraiment à disparaître et à ôter la vie concrètement, car nous ne sommes pas uniquement une enveloppe de chaire …
Pensez simplement à ceci : n’y a t-il pas toujours quelqu’un qui parlera de vous ou qui aura ne serait-ce qu’une pensée vous concernant, malgré votre mort physique ? Vous resterez toujours “vivants” …

Ceci est une preuve et il y en a plein d’autres, notre existence n’est pas uniquement dans la vie physique et matérielle.
Notre conscience et notre âme ne meurent jamais et restent, alors que tout semble disparaître aux yeux de nos sens “physiques”.
C’est agréablement étrange … Ce que je ne peux plus toucher, voir, entendre, sentir, goûter … reste malgré tout et à jamais, dans mes pensées … dans mon cœur …

“Nous sommes puissants et impuissants”
Nous sommes puissants car tout ce que nous pensons nous pouvons le créer physiquement, matériellement, “SI” on le veut vraiment.
La création a déjà commencé par le biais de notre conscience et apparaît ensuite dans notre mental.
Reste juste à trouver le pont qui mène à sa matérialisation dans le monde que nous appelons monde réel ou monde terrestre.
Nous sommes puissants car tout simplement nous le “réalisons” quand nous prenons le temps de le reconnaître.
Vous le réalisez par exemple en “sentant” que tout ce que vous venez de lire fait étrangement, mais naturellement écho en vous et vibre de vérité.
Nous sommes également impuissants car nous ne pouvons malgré nous détruire ce que nous sommes : l’amour et la vie.

“Tu peux attendre, retarder, te paralyser ou réduire ta créativité à presque rien. Mais tu ne peux pas l’abolir. Tu peux détruire ton moyen de communication mais point ton potentiel. Tu ne t’es pas créé toi-même.”

Ces articles pourraient vous plaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.