Les sentiers

J’ai longtemps emprunté ce petit chemin qui traverse forets et montagnes
Ce sentier, tout tracé, preuve du temps qui passe, du passage répété de la vie
Combien sont passés par là avant moi, qu’avait en tête celui qui s’est aventuré par ici
Je ne sais pas vraiment pourquoi à mon tour je prends cette même route
Pourquoi je martèle le sol, pas après pas et y force le passage
C’est vrai qu’il se situe entre mon point de départ et ma destination
C’est vrai qu’il est sûr, emprunté par tant d’autres
Mais est-ce le seul chemin, la seule voie

Qu’il est beau ce paysage tout autour de moi
La faune et la flore se perdent à l’horizon
Je dois quand même écarter quelques branches, faire attention aux pierres saillantes et aux ronces
Enfin … ça doit être le prix à payer pour assister à un tel spectacle
Et même si j’empiète malgré moi sur toute une vie, un écosystème
Même si je creuse à mon tour un peu plus le sentier
En marchant dans ce sillon je limite mes dégâts
Je ne suis ni le premier ni le dernier et pas vraiment coupable

Toutefois, il serait peut-être plus souhaitable que je choisisse mon propre chemin
La nature oublierait sans doute plus vite mes pas et effacerait facilement mes traces
Le trajet serait certainement plus long et plus périlleux
Suis-je vraiment prêt à m’engager dans ce genre de voyage
Débuter à partir de presque rien, tracer mon propre sentier
Le voir s’effacer peu à peu derrière moi
Oublier chaque pas à peine posé, obligé de vivre dans le présent
Prendre le risque de m’écarter peu à peu de mon but, de rater ma destination
Etre seul, libre et me perdre dans cette infinie beauté, cet espace sauvage

Il y a ceux qui vont droit au but, avancent d’un pas ferme et décidé
Il y a ceux qui ne vont nulle part, aiment se balader, observer, rêver
Certains veulent juste profiter du voyage, sentir l’herbe caresser leurs pieds
D’autres veulent tout simplement avancer, suivre un sentier et passer la ligne d’arrivée
Si je ne me se soucie guère de ma destination, je dois me laisser dériver pour être comblé
Si je veux arriver à l’heure et triompher, je ne dois pas me laisser aller hors du sentier
Qui suis-je, qui ai-je envie d’être, où ai-je envie d’aller

Quelle est ma destination et quel est le point de départ
Qu’est-ce qui m’a poussé à prendre la route
Quelle est la cause de tout cela, quel est mon but
Ne suis-je pas en train de vivre ce que je veux bien vivre, de me persuader moi même
M’élancer dans ce petit chemin et croire qu’il est fait pour moi
Suivre ces pas, marcher où d’autres sont passés avant moi
Faire ce qui a déjà été fait
Vivre ce qui a déjà été vécu … tant de fois

Et si je me laissais tenter et essayais par moi-même d’exister
Peut-être que d’autres avant moi ont essayé de goûter à l’aventure
Peut-être qu’ils se sont perdus, ou au contraire se sont trouvés
Ce qui est sur c’est que je suis seul sur ce sentier aride
J’ai même l’impression de ne pas être en ma propre compagnie
Rien ne me renvoie mon image, rien ne me fait sentir la différence
Je marche la tête baissée pour ne pas voir la liberté tout autour de moi
Tout est fade, je suis un chemin tout tracé, qui ne m’était pas destiné

Au fond je n’ai pas besoin de creuser davantage un quelconque sentier
Rien ne m’oblige de faire comme les autres, vivre les mêmes joies et les mêmes peines
Quand je regarde autour de moi on dirait que tous les chemins sont possibles
Si je fais confiance à ma boussole et reste libre, j’éviterai la souffrance, la peur
A cette simple idée j’ai déjà oublié ma destination, je ne sais plus quel était mon but
J’ai l’intime conviction que j’étais déjà arrivé, que j’étais déjà où je voulais être
En fait, je tournais en rond sans vraiment savoir où aller et tentais d’oublier ma vraie nature
Je m’étais crée une fausse idée de moi à laquelle je tentais de m’ajuster

C’est décidé, ici s’arrête ma petite route et commence mon vrai voyage vers l’infini, vers l’éternité
J’ai l’impression de pouvoir enfin respirer à plein poumons et déployer mes ailes
Aujourd’hui est tout ce qui compte, le reste n’a plus d’importance
Peu importe le temps que j’ai passé dans ce sentier
Plus je m’enfonce dans l’inconnu plus je sens mon âme vibrer
J’arriverai bientôt dans le lieu où tout est possible, où le bonheur et moi sommes nés
Je sens déjà l’odeur de l’agréable surprise, j’entends des rires, une musique familière
Que vais-je découvrir, qui vais-je retrouver

Ces articles pourraient vous plaire

4 commentaires

  1. Vraiment chouette tes mots, pour prendre du recul sur soi, et savoir ce qui est bon comme choix dans la vie ! Merci pour les réflexions que tu apportes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.