Laisse moi t’aimer

Puis-je te parler un instant …

Aujourd’hui je n’ai pas envie de poésie ou de belles phrases
J’ai envie de te dire les choses comme elles sont, comme elles me viennent

Dis moi …
Que vois-tu dans le miroir …

Plus l’horloge tourne, plus les jours, les mois, les années passent
Plus mon amour pour toi est grand, beau, vivant

Il n’y a qu’une chose que je voudrais que tu comprennes
C’est ça, uniquement ça
J’ai envie que tu l’entendes, le vois, le ressentes
Je t’aime … Je t’aime …
Je t’aime tellement fort tu sais …

Je t’aime d’un amour profond, si puissant, si intense
Et cet amour est sans forme, sans nom, sans retenue, sans condition
Je t’aime sans contrepartie, sans doute, sans la moindre ambivalence
Je t’aime comme tu es, pour ce que tu es, parce que tu Es …

Alors pourquoi …
Pourquoi tu n’écoutes pas ma voix …
Pourquoi tu écoutes celles des autres …
Surtout celles qui tentent de te réduire, celles qui te blessent …
Pourquoi tu te prives de moi …

Qui crois-tu être …
Toi mon amour, mon adoré, l’Être que j’aime tant
Que suis-je pour toi …

Je te le demande une nouvelle fois
Dis moi …
Que vois-tu dans le miroir …

Je suis là …
J’ai toujours été là …
Je suis tellement proche …
Est-ce pour cela que tu ne me vois pas …

Tu crois pouvoir t’éloigner, me mettre de côté
Tu pense pouvoir avancer sans moi, m’oublier

Oui, je le sais, c’est ce que tu crois …
Alors vas-y, essaie, tente de faire ta vie, cette vie sans moi

Tu sais, il s’agira toujours de Nous …
Tu peux essayer si tu veux, tu peux même me renier
Un jour ou l’autre on se croisera
Que tu le veuilles ou non, autant de fois qu’il sera nécessaire
Je te l’assure on se retrouvera, là, au même endroit

Avec la même innocence, comme au premier jour
Mes sentiments intacts, purs, comme ils l’ont toujours été
Je te l’ai déjà dit et je ne m’en lasserai pas
Je t’aime … Je t’aime …
Je t’aime tellement fort tu sais …

Je te l’ai tellement dit, écrit, montré
Je te l’ai crié à en perdre haleine, susurré au creux de l’oreille
Je suis en train de te le dire ici même
Je ne m’en lasserai jamais, que ce soit ici, maintenant ou ailleurs
Cette fois, toutes celles passées et toutes les prochaines
Et même si à présent, souvent ou parfois, même si tu ne m’écoutes pas
Même si tu m’oublies, tu t’oublies, tu nous oublies
Je vais te le dire quand même
A toi qui me regarde, qui te regarde dans ce miroir

Je t’aime …

Ces articles pourraient vous plaire

4 commentaires

  1. Wouah!! Salut Yannick, au début de la lecture j’ai cru à un amour pour une autre mais au fur et à mesure que je lisais, je me suis rendu compte que c’était l’amour de soi. Je t’avoue je l’aime ton poème, je m’aime!

    1. Merci beaucoup Jean-Marie, venant de toi ça me touche beaucoup.
      Je suis content que tu aies perçu cette nuance, même si chacun est libre et peut avoir sa propre interprétation.
      Que c’est beau de s’aimer, sincèrement, chaleureusement, de s’aimer tel qu’on est et de laisser s’exprimer notre nature.
      Merci encore pour ce beau commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.