Je vole

Il n’y a pas bien longtemps que j’ai quitté mon nid
Je repense souvent à cette première fois, quand j’ai déployé mes ailes
A présent je vais, je viens, parfois je me pose, au gré de mes envies
J’ai élu domicile tout là haut, ma demeure c’est le ciel

Cet effort, ce labeur, hier, engageaient tout mon être
Aujourd’hui un battement d’aile, un élan, voila que je décolle
Porté par le vent, mon fidèle ami, mon seul maître
Je me fais rare sur la terre ferme, à présent je vole

Vu d’en haut le monde est si anodin, si petit
Le temps a l’air de s’arrêter, tout semble si lent
Avec un peu d’adresse, je pourrais presque prédire la vie
Expliquer pourquoi les nuages se promènent, où va le vent

J’habite à tous les coins de rue
Je connais chaque trottoir
Mais est-ce bien utile d’avoir tous les points de vue
De tout connaitre, de tout prévoir

A ceux qui m’envient je souhaite épargner mes abus
Vous mettre en garde, vous qui souhaitez voir
Aussi loin que vous désirez porter la vue
Assurément, aussi haut doit être votre perchoir

De ma simple branche j’ai tant voulu m’échapper
J’étais si pressé de découvrir le monde
De mon nid je me suis vite ennuyé
Oubliant son confort quand le tonnerre gronde

Je n’aurai peut-être jamais vu le jour
Heureusement j’ai été tendrement couvé
Je n’ai jamais manqué de rien, je suis comblé d’amour
Même s’il m’est arrivé parfois d’en douter

Je narguais ceux qui rampent, je les prenais de haut
J’oubliais que moi aussi j’étais petit, criard et frêle
Je me pensais meilleur, d’un tout autre niveau
Car j’avais appris à voler de mes propres ailes

Ce que j’ai aujourd’hui est un cadeau qu’on m’a fait
Le soleil ne brille pas uniquement ou d’abord pour moi
J’ai compris que la vie c’est passer le relais
On peut accepter ou refuser mais au fond il n’y a pas de choix

Je suis, tu es, nous sommes la vie
Un chagrin, une seule larme et l’ensemble s’étiole
A l’inverse un seul élan, un seul sourire et le bonheur pour tous surgit
Quand un bat ses ailes c’est l’univers qui s’envole

Tu peux tout survoler, tu peux tout connaitre
Ne décides pas alors de porter ces fardeaux
Ce qui importe c’est la force de ton Etre
La création toute entière t’accompagne toujours plus haut

Vole, vole, n’oublies pas d’où te viennent tes ailes
Porte sur le monde un regard bienveillant
Dans tes yeux sont à la fois Enfer et Ciel
Ecoute ton cœur, fais retentir le choix aimant

Ces articles pourraient vous plaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.